Namibie #2 : En direction du Fish River Canyon, le ciel va nous tomber sur la tête !

Deuxième jour d’aventure sur cette terre que l’on trouve déjà extraordinaire ! Debout aux aurores, une longue journée nous attend.

Finalement, nous nous réveillons alors que le soleil lui, n’est pas encore levé. Mais la nuit a été tellement mouvementée que tout le monde se prépare, direction la douche. Et oui, entre le vent, la pluie et notre première nuit en tente, il faut le temps de s’acclimater ! Ensuite, il faut packer ses affaires, et les tentes. Petit déjeuné rapide avant de prendre la route vers Keetmanshop.

 

Les paysages ne changent pas tellement en 300 kilomètres, mais cela n’empêche pas qu’ils soient magnifiques. On se croirait projeté dans un décor de far-west, avec ses hauts plateaux désertiques et les plaines de sable à perte de vue ! Un peu avant Keetmanshop, nous faisons un arrêt à Kokerboom Forest Tree.

Le Kokerboom est un arbre, de la famille des Aloe, qui servait aux bushmans pour fabriquer leurs carquois, d’où aussi ce nom que vous pourrez entendre d’arbre à carquois. Ce sont vraiment des arbres aux formes particulières. L’arrêt est essentiel à cet endroit !

L’allemand qui gère le parc est lui, pas très aimable mais il faut passer outre ce premier contact frileux. Les Damans des rochers que vous pourrez observer et approcher (attention tout de même à respecter leur espace de vie !) rendront votre visite encore plus vivante !

Si vous ouvrez bien les yeux, vous verrez aussi des rose-gorges !

Nous n’allons pas au Giant’s Playground, par manque de temps, car la route est encore longue jusqu’à notre point d’arrivée de ce soir.

Rendez-vous à Keetmanshop pour un petit ravitaillement en nourriture. Nous trouvons quand même un magasin ouvert, car oui, nous avons un peu oublié que nous sommes dimanche ! On sent que Keetmanshop commence à être plus éloignée encore de la civilisation que Windhoek. Le choix est plus restreint mais on trouve tout ce qu’il faut pour le barbecue, sauf de la viande…Nous repartons en oubliant de faire le plein d’essence ! Ce qui nous vaudra un détour de plusieurs kilomètres jusqu’à Seeheim. Et oui, c’est ça aussi le voyage, faire des erreurs et…finalement ne pas forcément les regretter car Seeheim est vraiment digne d’un arrêt express. Ce n’est même pas un village en fait, c’est simplement un hotel, avec peut être une ou deux habitations pour les employés, une ancienne gare et des citernes d’essence !

Un plein plus tard, nous voilà repartis. Malheureusement je crois qu’on a mal compris les conseils du gérant de l’hotel de Seeheim.  Cette fois, on entame la piste, bye bye la route… Nous prenons une piste en piteux état… Bien compliqué d’évoluer sur cette route. Surtout quand un énorme trou la coupe en deux. Suspense… le 4×4 va-t-il passer? Là, nous sommes tous descendus du véhicule (sauf le conducteur bien sur !) pour le guider et faire en sorte de ne pas définitivement endommager notre fidèle 4×4. Ouf, ça passe, et finalement 50 kilomètres plus loin et des millions de secousses, de trous, de bosses… plus tard, nous retrouvons non pas une route, mais toujours une piste, plus praticable cette fois!

Attention, même si ça peut paraitre plus “aventure”, nous avons mis pas mal plus de temps à parcourir la même distance et nous avons pris plus de risques (crevaison…) même s’il ne nous est rien arrivé, finalement. Donc ne suivez pas notre exemple et suivez votre road book donné par votre agence (si vous avez, sinon renseignez vous bien sur l’état des routes ) !

Il reste encore deux bonnes heures jusqu’à Ais-Ais. Les paysages sont vraiment à couper le souffle. Des plaines presque vertes, des montagnes aux reflets jaunâtres. Ces décors sont aussi le point de rendez vous des animaux. Nous avons vu nos premiers zèbres ! Nous accélérons le pas, enfin, sans dépasser les 80 km/heures autorisés car il arrive une tempête dans le fond. Le ciel a pris des teintes noires, orangées et c’est plutôt effrayant.

Mais finalement, nous sommes arrivés au camping d’Ai-ais sans avoir à affronter cette tempête. Après une installation un peu compliquée (et oui, les fameux orages ont privé le camping d’électricité pour la soirée…et le vent souffle pas mal, nous rendant difficile le montage des tentes), un saut dans la piscine d’eau chaude nous réconforte. Cependant, le court timing ne nous permet pas d’en profiter très longtemps, et il faut déjà penser à se faire à manger.

Le camping est assez sommaire, mais il y a un petit espace cuisine dans lequel on a pu s’installer pour le repas. Invasion de chats pendant le diner, enfin on préfère ça aux redoutables babouins dont nous a parlé la personne à l’accueil du camping !

Allez, à demain pour la prochaine aventure !

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Scroll to top