Alicante, deux jours entre parenthèse, pour se ressourcer au soleil !

Alors que le printemps peine à pointer son nez, nous revenons sur notre week-end à Alicante. Nous sommes partis en Février, à l’heure où en France le ciel n’était que grisaille et où le manque de soleil s’est vraiment fait ressentir. Bon, vous aussi vous avez envie d’en avoir un morceau, de cette douce chaleur? Alors venez avec nous !

Mais où se situe Alicante ? Alicante, est une petite ville de bord de mer, située dans la province de Valence. A à peine 3h d’avion de Paris, c’est une idée week end idéale. Au programme soleil et petit budget, enfin bref, de quoi se faire plaisir ! Nous y avons passé un week end, et cela peut suffire, sauf si vous avez réellement prévu d’explorer le moindre recoin !

Notre week-end en quelques chiffres :

16, 5 km de marche le jour 1

10 km de marche le jour 2

Beaucoup de marches gravies pour aller jusqu’au sommet du chateau de Santa Barbara

0 euro pour la visite du chateau de Santa Barbara

Journée 1 :

Dès qu’on a ouvert l’oeil, notre premier reflexe est de lever les rideaux et d’admirer le ciel bleu. Un ciel bleu magnifique sans aucun nuage ! Quel plaisir !

Après avoir pris des forces au petit déjeuné, nous voilà partis, direction la Serra Grossa. Une grosse colline, juste derrière l’hotel. Il faut faire un petit détour pour trouver l’entrée mais une fois qu’on y est, c’est un petit coin de nature entre station balnéaire et mer turquoise. C’est vrai que quand on regarde le paysage urbain, rien de bien formidable. Des immeubles, des immeubles et des immeubles. Le côté station balnéaire un peu trop prononcé. On commence même à avoir des a-priori sur la ville, qu’on n’a pas vraiment vue, car on se trouve en périphérie. Mais se promener sur la falaise donne un bol d’air et la vue sur l’eau turquoise et l’horizon, ça, ça ne fait rien regretter.

Petit bonus, en fond on peut voir les montagnes avec leurs pics encore enneigés.

Beaucoup de sportifs sur la colline, on croise même un papy, rempli de bonne humeur, qui nous crie des “hola ! Buenos dias !” Quelques essais de drones plus tard et nous redescendons en ville.

Arrivés en ville, on s’accorde une pause sur la plage. Les rayons du soleil nous réchauffent. Il est temps de repartir vers d’autres horizons ! Direction le port ! Nouvelle pause, café cette fois, avant de partir explorer la ville.

Quelle surprise ce centre ville ! Très mignon, bien espagnol. Et surtout éclatant de couleurs ! Des maisons bleues violettes, jaunes, vertes, il y en a pour tous les gouts !

Au coeur de la ville, la pente est douce mais elle est bien présente. Nous découvrons l’entrée du Parque de la Ereta. Un petit lieu de paradis. Vraiment agréable. Ce petit parc peut permettre de monter jusqu’au chateau.

Finalement la faim finit par nous faire redescendre sur la plage. Les températures commencent à chuter. Et c’est finalement un peu frigorifiés que nous nous autorisons un gouter avant de retourner vers notre hotel. Une fois la nuit tombée nous essayons de réaliser quelques plans de drone et quelques photos. Puis direction le centre ville de nouveau, pour le diner. Au menu, des tapas au Restaurante Casa Ibarra! Miam ! Du jambon iberico et du poisson séché avec les mêmes techniques que le jambon. Surprenant mais bon ! Après ces deux assiettes avalées, et d’autres tapas typiques comme piquillos ou croquetas, nous repartons ! De notre hotel au centre ville, seulement 15 minutes de bus, pour 1,45 euros et des départs fréquents. Une journée riche en émotions !

Jour 2 :

Deuxième réveil avec la perspective d’un bon petit déjeuné. Mais le ciel est plus nuageux que la veille. Pas de quoi nous décourager. Ce matin, objectif quelque peu sportif : grimper en haut du chateau de Santa Barbara. Et avec tous nos sacs ! Mais avant, retour sur la plage pour quelques plans de drones. Nous continuons nos essais de plans de drone sur le port. Le bleu de la mer est vraiment magnifique. Il fait bon de flâner et de prendre son temps. C’est ça aussi l’Espagne. Profiter du moment présent.

Et puis, c’est le moment de se lancer dans l’ascension jusqu’au sommet du chateau. Nous repassons par le Parque de la Ereta. Ça monte pas mal, mais honnêtement, un petite vingtaine de minutes plus tard, on y est déjà. L’entrée est gratuite. Des petites expositions sans réel intérêt (selon nous) sont disposés ça et là dans les différentes salles restantes des ruines de ce chateau. Honnêtement, l’intérêt de venir jusque là, c’est vraiment la vue. Qu’est ce que c’est magique de pouvoir admirer l’horizon. Ce bleu, ce turquoise…le bruit des mouettes vous guidera à travers ce voyage dans le temps et dans l’horizon.

Finalement, il est l’heure de redescendre en ville. Il est presque 15 heures et nous nous mettons en quête de notre repas du midi. Nous nous installons dans un bar à tapas typique, D’Tablas. De prime abord, l’endroit ne paie pas de mine. Ce n’est pas cher et les tapas sont plutôt bons. Et surtout on se retrouve plongé dans une ambiance plus qu’espagnole. Les serveurs passent entre les tables et proposent leurs tapas sur un plateau. La cloche sonne, le brouhaha monte encore en décibel. L’addition est comptabilisée grâce aux planchettes de bois sur lesquelles sont disposées les tapas. Et ils suffis de les compter pour savoir combien vous devez ! Une expérience sympa, qui nous a bien rassasiée !

Ensuite, il est temps pour nous de retourner à l’aéroport. Et oui, toutes les bonnes choses ont une fin…

A la prochaine !

Quelques infos pratiques :

Notre Hotel : Hotel Albahia Alicante. Très bon rapport qualité/prix. 10 minutes de bus pour se rendre au centre ville

Aéroport : Nous sommes partis avec Vueling, nous avons atterris vers minuit à l’aéroport d’Alicante. A noter, si vous êtes pressés, mieux vaut prévoir un taxi. C’est ce que nous avons fait finalement (cout : environ 30 euros jusqu’à l’hotel). C’est vrai que la navette est moins chère, cependant, notre hotel n’étant pas situé au centre ville, nous avions un changement à faire, et avant même cela plus de 30 minutes pour attendre la navette. Nous avons opté pour la solution rapide.

Transport : Pour 1,45 euros, il y a des bus fréquents entre l’hotel Albahia et le centre ville.

Leave a Reply

Scroll to top